Guillaume CANTILLON

Guillaume CANTILLON

Médias

1 m 75 / Yeux verts / Cheveux châtain foncé / Voix de basse

http://curiositescuriosites.free.fr/

 

Metteur en scène et comédien formé à l’Ecole Régionale d’Acteurs de Cannes, où il travaille notamment avec Pascal RambertCatherine MarnasChristian RistAlain Maratrat et Simone Amouyal.

Il a mis en scène Cabaret Toy d’après Daniil Harms, Pelléas et Mélisande de Maurice Maeterlinck,Dandin/Requiem d’après Molière et Dies Irae de Leonid Andreiev.

Les spectcales qui se jouent actuellement : Le Projet Ennui, Les Inassouvis, Improvisator

Dernière création : 1918, l’homme qui titubait dans la guerre

Un spectacle du Cabinet de Curiosités en partenariat avec l’ensemble vocal Les Éloquentes.

Oratorio, presque prière, 1918, l’homme qui titubait dans la guerre propose une plongée dans la tragédie de la grande guerre, en offrant des couleurs musicales très contrastées.
Tour à tour grave, ironique ou légère, la partition est aussi traversée par le théâtre et la poésie : Le livret est composé de textes de Blaise Cendrars, Louis-Ferdinand Céline, Guillaume Apollinaire, Romain Rolland et Ernest Junger.

 

Il a notamment joué dans

Les nègres de Jean Genet, La tragédie optimiste de Vichnevsky, et Le juif de Malte de Marlowe, 
mises en scènes de Bernard Sobel, Les métamorphoses d’Ovide, et La surprise de l’amour de Marivaux, mises en scènes deChristian Rist, La nuit d’après Hervé Guibert et Samuel Beckett,
La princesse blanche de Rainer Maria Rilke, Premier village de Vincent Guédon, Ultimatum d’après Pessoa, Wojnarowitcz et Kermann, Edouard II de Marlowe, et Hercule Oedipe les exilés de Thèbes de Sénèque, mises en scènes de Cédric Gourmelon,Talking Heads de Allan Bennet, Hamlet, Richard III et Le songe d’une nuit d’été de Shakespeare, et Des couteaux dans les poulesd’Harrower, mises en scènes de David Gauchard, Des paillettes sur ma robe d’après Jean-Luc Lagarce, et De toute(s) pièce(s)d’après Feydeau, mises en scènes de Thomas Gornet, La dispute de Marivaux, mise en scène de Filip Forgeau, Haute surveillancede Jean Genet, et Saint Elvis de Serge Valletti, mises en scènes de Frédéric Garbe.