Cabaret Gainsbourg
28 nov. 2014
Théâtre la Licorne

Cabaret Gainsbourg

Médias

Vendredi 28 novembre à 20h30 La Licorne, dans le cadre de Made in Cannes

Mise en scène Véronique Dietschy avec les élèves-comédiens de l'ensemble 22 : Valentine Basse / Julie Cardile / Esther Carriqui / Sophia Chebchoub / Théo Comby-Lemaitre / Gregor Daronian Kirchner / Morgan Defendente / Nina Durand-Villanova / Fabien Gaertner / Marianna Granci / Florine Mullard / Paul Pascot / Thibault Pasquier / Laurent Robert

Piano : Nikola Takov - Contrebasse : Sam Favreau - Batterie : Mathieu Chrétien

 

Dans l’appartement de la famille Ginsbourg il y a un piano, le père est musicien professionnel, pianiste de cabaret. Chez lui il joue des œuvres de Scarlatti, Bach, Gershwin...

Lucien qui deviendra Serge est imprégné de cet univers musical, ouvert.

Bien qu’il ait une passion pour la peinture (il prendra des cours de dessin) c’est un poste de pianiste de bar qu’il obtient et commence à écrire des chansons. On n’en compte plus le nombre, composées au fil de sa vie pour des artistes telles que Juliette Gréco, Brigitte Bardot, Jane Birkin, Catherine Deneuve...

Egalement chanteur comme Boris Vian dont il s’inspire, il décide d’interpréter lui-même ses propres chansons. Il est étonnant d’ailleurs de le voir à ses débuts très intimidé, presque tétanisé devant un public ou une caméra, ”s’appliquant”, d’une belle voix chaude, sonore, et avec une prononciation impeccable.

C’est pourtant la voix rocailleuse, chuchotée, ponctuée de silence qu’il choisira par la suite.

L’allure timide subsistera avec en plus une assurance “destroy”, agressive, parfois scandaleuse.

Ses interprètes féminines n’auront sans doute pas la liberté de développer leur voix, travaillant sous sa conduite à une interprétation plus murmurée que chantée.

Notre présentation suivra, quant à elle, ses propres chemins : chaque comédien faisant résonner dans sa propre sensibilité, sa musicalité,  les textes et les musiques de “l’illustre” compositeur.